Retour aux articles

 L’ÉTERNELLE SAGA DES IMPLANTS MAMMAIRES V.

COMMENT SAVOIR À QUEL SEIN SE VOUER, OU

Statistique! Quand tu nous tiens!

25 janvier 2019
Graphique

L'incidence et la prévalence c'est quoi et ça mange quoi en hiver?

En avril 2017, il y a un an et demi, on nous annonçait  toujours 1 cas pour  300,000 porteuses d’implants…

Depuis, on peut trouver, selon les sources dans les média, des taux qui annoncent jusqu’à 1 pour 1000 patientes,  variant parfois 1 sur 30,000, 1 sur 60,000, dans la même semaine.

Quand on écrit de telles statistiques, il faut savoir de quoi on parle.

C’est parfois encore plus difficile de savoir, pour moi aussi, quand on les lit ces chiffres, de quoi on parle…

Il y  faut parler de deux notions différentes : « L’incidence » et la « Prévalence » .

 

L’ « incidence », c’est le nombre de nouveaux cas qu’on identifie dans une période donnée, pour une certaine population.

Un exemple d’incidence serait de dire :  « Il y a eu 230 cas d’infarctus  pour 100,000 habitants au Québec en 2018, ou 0.23% de la population »

 

La « prévalence », c’est ne nombre de personnes qui sont vivantes et ont actuellement la maladie, dans une population donnée, pendant une période donnée.

Par exemple, on pourrait dire : «  11,7% des habitants de plus de 20 ans sont porteur d’une maladie cardiaque au Québec en 2016 » ou 117,000 par millions d’habitants.

https://www.inspq.qc.ca/es/publications/sujets/maladie-cardiovasculaire (chiffres réels).

Je crois que vous pouvez tous comprendre avec ces exemples,  qu’il y a une grande différence dans les chiffres de risque encouru, lorsqu’on parle des véritables nouveaux cas d’infarctus (0.23%), que lorsqu’on parle de tout ce qui a été documenté sur une longue période de temps pour la maladie cardiaque (11.7%).

 Lorsqu’on « recherche » une maladie qu’on ne connaissait pas avant, on s’attend à en trouver plus dans les années qui suivent.  Avec cet exemple, si le traitement de l’infarctus aigu s’améliore, la prévalence augmentera, car les patients en mourront moins, mais seront toujours porteur de la maladie cardiaque. La maladie n’est pas devenue plus fréquente pour autant, si l’incidence elle-même n’a pas augmentée.

Mon point : il est très difficile d’interpréter des chiffres, je suis sûr que vous êtes maintenant convaincus de cela. 
 

Pas facile de s’y retrouver! Possiblement carrément impossible pour une maladie très rare. Ce n’est guère plus facile avec la littérature scientifique.

Dans les médias ou même dans les articles scientifiques, parle-t-on d’incidence ou de prévalence? Les nouveaux cas identifiés – l’incidence - ont eu des implants insérés en moyenne il y a 8 ans. Doit-on appliquer les statistiques de prévalence – nombre de cas porteurs et vivants - sur les nombres d’implants insérés il y a 8 ans, sur ceux insérés en 2018, ou sur ceux insérés depuis qu’ils existent au Canada (2002)?

Je crois que pour le moment, que l’incidence réelle du LAGC-AIM est en fait encore très difficile à estimer. Les données sont insuffisantges pour conclure. Il ne faut être ni devin, ni alarmiste, ni se megttre la tête dans le sable.

La prévalence n’est pas vraiment connue, ni chez les patientes avec le LAGC-AIM, ni chez la population sans implants qui auraient un LAGC, non associé aux implants. Dans la totalité des études, on  écrit  toujours: « on estime que… » .
Dans les mêmes études on estime que le nom,bre de femmes porteuses d,implants dans le monde est tantôt estimé à 5 à 10 millions (FDA 2015) à 35 millions en 2018. C,est toute une différence et les deux chiffres sont vraisemblablement inecxacts! 

 

POUR CONCLURE, JUSQU'À PRÉSENT, l’incidence du LAGC-AIM  (incidence = apparition de nouveaux cas)  estimé dans les études scientifiques « valables » varie de :

0,03% (3 pour 10,000 patientes ou 1 pour 3,300) .

0,003% (3 pour 100,000  ou  1 pour 30,000),  chez les porteuses d’implants texturés. 

Serait-il plus simple pour tout le monde de savoir qu’il y a eu 2 nouveaux cas en 3 ans au Québec, peu importe la date d’insertion des implants, et de connaître le nombre de Québécoises qui portent des implants? 

Je crois que tout le monde pourrait comprendre cela et se faire une idée.

Il est clair que nous sommes tous dans l’attente de chiffres vérifiables sur l’incidence et la prévalence de ce lymphome qui pourrait être associé aux implants texturés.


Allons nous jeter le bébé avec l’eau du bain?

Les implants texturés ont offert aux patientes des options supérieures pour nombreuses d’entre elles et ont évité de nombreuses complications plus fréquentes associées aux implants lisses.

Cela ferait l’objet d’un autre blogue… 

 

 

 

 

 

Autres articles

Pandémie, Public et Privé.
L’expérience d’ISOMED, et des autres…

24 janvier 2021

Depuis plus d’un an, ISOMED offre son aide au réseau de la santé, en tenant compte de la pertinence et de la qualité de ses installations. 

Durant cette période de pandémie, après des mois de discussion, nous n’arrivons toujours pas à conclure une entente avec les gestionnaires du réseau.

Pourtant des travailleurs de la santé des hôpitaux Charles-Le Moyne et du Haut-Richelieu, des chirurgiens chefs, des chirurgiens généraux, des infirmières, des anesthésistes, sont venus visiter nos installations et en ont tout simplement été emballés.

« Vous aurez des nouvelles demain de nos gestionnaires, ou après-demain », nous ont-ils assuré! « Nous voulons débuter au plus tôt ».

Leur enthousiasme ne semble pas avoir eu plus de succès que le nôtre auprès des décideurs.

Les obstacles administratifs semblent insurmontables. Que dire de la piètre qualité des communications avec les représentants des CISSS. Le silence, les délais, les remises de rencontre, semblent être leur meilleur argument.

Lire plus

Les laissés-pour-compte de la covid-19

23 janvier 2021
 

Cette patiente de 58 ans avait une petite lésion minuscule sur le côté du nez il y a un an et demi. Pas très visible !

Un cancer de la peau alors prouvé par une biopsie. On lui dit qu’il faut qu’on l’enlève… Puis l’attente. 

La petite lésion est devenue plus grosse lorsqu’elle nous consulte, un an et demi plus tard!  C’est surtout mal placé…

Mais, une image vaut 1000 mots, dit-on. Alors, avec l’autorisation de la patiente, voici son évolution:

Lire plus

Ah ces vilaines cliniques privées d’esthétique!

22 janvier 2021

Ah ces vilaines cliniques privées d’esthétique!

Lire plus

Vous désirez une consultation ?

Contactez-nous 

Pour en savoir plus sur l'équipe

Voir l'équipe