Retour aux articles


L’ÉTERNELLE SAGA DES IMPLANTS MAMMAIRES IV.
COMMENT SAVOIR À QUEL SEIN SE VOUER.

24 janvier 2019
lagc-aim mouton noir

LAGC-AIM est-il fréquent?

 

 

Connaît-on bien dans quelles circonstances le LAGC-AIM a été identifié chez les patientes qui en sont affligées?

 

Un chapître avec peu de réponses :

 Cette question apporte plus de questions sans réponses vraiment satisfaisantes pour moi. J’ai beau chercher… Mais je n’inventerai pas de fausses réponses.

 

Dans le premier groupe de patientes qui fut identifiées, dans 50% des cas on ne pouvait identifier le type d’implant précis qui fut retiré. Ceci en dit long sur la validité des données disponibles dans les dossiers étudiés…

Aujourd’hui, avec les nouveaux cas identifiés, nous ne savons toujours pas :

- quel est le pourcentage de patientes atteintes  qui avaient des implants devant ou derrière le muscle.

Dans ma propre pratique, 99.9% des patientes chez qui j’ai utilisé des implants texturés ont leurs implants derrière le muscle et je crois que ces patientes font TRÈS rarement des capsules fibreuses symptomatiques. La position de l’implant est-elle importante dans le LAG-AIM? La position de l’implant avec l’apparition d’une capsule fibreuse est bien démontrée : il y en a beaucoup moins souvent quand l’implant est derrière le muscle. Mais où étaient placés les implants impliqués?

- quel est le pourcentage de patientes atteintes qui avaient effectivement des capsules fibreuses détectables (durcissement du sein) ou symptomatiques  et leur sévérité et celles qui avaient très peu de capsules fibreuses. Y a-t-il vraiment un lien avec les capsules ? Les implants texturés ont été mis sur le marché pour réduire le risque de capsule fibreuse, et il est démontré que c’est le cas pour les implants mis devant le muscle. Le risque de LAGC-AIM est-il lié à l’apparition d’une capsule fibreuse?  D’une double capsule? (la double capsule pourrait être un autre sujet à discuter puisque son apparition est maintenant couverte par la garantie du fabricant…).

- quel est le pourcentage de patientes atteintes qui avaient eu de la reconstruction du sein par implant texturé et de la radiothérapie?  Les deux dernières patientes identifiées avec un LAGC-AIM en Colombie-Britanique, étaient dans cette situation. L’étude du MD Anderson indique que  50% des cas  avait eu des implants aux fins de la reconstruction après un cancer du sein. Il me semble que cette donnée est primordiale. On s’entend que les cas de reconstruction du sein sont plus rares que les cas d’augmentation esthétiques et pourtant ils auraient à eux seul 50% des LAGC-AIM ??

-   Les patientes avaient elles des implants stables (bien intégrés aux tissus)  ou instables (mal intégrés)?  J’ai appris à l’usage qu’un implant texturé qui ne s’intègre pas bien aux tissus n’évolue pas bien : apparition de capsule fibreuse, double capsule, instabilité, mauvais résultat esthétique. Ont-ils en plus un risque plus élevés de LAGC-AIM?

- Quel pourcentage de patientes avaient eu des implants texturés lors d’une première intervention sur les seins ou en remplacement d’un implant déjà en place, de silicone ou de salin??? Dans de tels cas, les implants texturés peuvent plus souvent ne pas bien s’intégrer aux tissus.

Je crois que nous n’avons pas de réponses claires actuellement à aucune de ces questions et pour bien d’autres.

Il sera difficile,  peut-être impossible, avec un petit nombre de cas, de subdiviser ainsi toutes les patientes et de tenter de voir qui est davantage à risque. Il est souhaitable que nous n’ayons pas par contre tellement de patientes atteintes qu’il devienne facile de faire des statistiques… ou de devenir un expert dans le domaine!

 

QUELLE EST LA CAUSE DU LAGC-AIM ?

Jusqu’à présent, aucun facteur de risque particulier n’a été identifié, toutefois, la texture de l’implant, l’hérédité et les bactéries ont été mises en cause et font l’objet d’études supplémentaires.1

 Les autorités réglementaires internationales de santé collaborent de façon proactive avec les fabricants d’implants à l’étude du LAGC-AIM.

La divulgation des résultats semble difficile, ce qu’on peut considérer comme de la prudence ou des cachotteries, selon le point de vue.  Il est souhaitable que le plus d’information possible soit disponible. Cependant il n’est pas souhaitable d’utiliser des informations incomplètes pour alarmer les gens.

 

LE LAGC-AIM EST-IL UN TYPE DE CANCER DU SEIN ?

 NON. Le LAGC-AIM n’est  donc pas un cancer du tissu mammaire en soi, mais plutôt un type de cancer qui se développe autour du tissu cicatriciel qui recouvre l’implant, ce qu’on appelle la capsule fibreuse. Par la suite,  il est possible  dans certains cas,  que le lymphome puisse se propager dans tout le corps, bien que cette situation semble la plus rare.

 

LE LAGC-AIM EST-IL FRÉQUENT ?

 En avril 2017, il y a un an et demi, on nous annonçait 1 cas pour  300,000 porteuses d’implants….

Depuis, on peut trouver, selon les sources dans les média, des taux qui annoncent jusqu’à 1 pour 1000 patientes,  variant parfois 1 sur 30,000, 1 sur 60,000, dans la même semaine.

Quand on écrit de telles statistiques, il faut savoir de quoi on parle.

C’est encore plus difficile de savoir, quand on les lit, de quoi on parle…

Ce n’est pas simple, même pour moi.

 

Il y a deux notions : « L’incidence » et la « Prévalence », je tenterai d’expliquer cela dans le prochain article intitulé : « statistiques quand vous nous tenez ! »

Autres articles

Pandémie, Public et Privé.
L’expérience d’ISOMED, et des autres…

24 janvier 2021

Depuis plus d’un an, ISOMED offre son aide au réseau de la santé, en tenant compte de la pertinence et de la qualité de ses installations. 

Durant cette période de pandémie, après des mois de discussion, nous n’arrivons toujours pas à conclure une entente avec les gestionnaires du réseau.

Pourtant des travailleurs de la santé des hôpitaux Charles-Le Moyne et du Haut-Richelieu, des chirurgiens chefs, des chirurgiens généraux, des infirmières, des anesthésistes, sont venus visiter nos installations et en ont tout simplement été emballés.

« Vous aurez des nouvelles demain de nos gestionnaires, ou après-demain », nous ont-ils assuré! « Nous voulons débuter au plus tôt ».

Leur enthousiasme ne semble pas avoir eu plus de succès que le nôtre auprès des décideurs.

Les obstacles administratifs semblent insurmontables. Que dire de la piètre qualité des communications avec les représentants des CISSS. Le silence, les délais, les remises de rencontre, semblent être leur meilleur argument.

Lire plus

Les laissés-pour-compte de la covid-19

23 janvier 2021
 

Cette patiente de 58 ans avait une petite lésion minuscule sur le côté du nez il y a un an et demi. Pas très visible !

Un cancer de la peau alors prouvé par une biopsie. On lui dit qu’il faut qu’on l’enlève… Puis l’attente. 

La petite lésion est devenue plus grosse lorsqu’elle nous consulte, un an et demi plus tard!  C’est surtout mal placé…

Mais, une image vaut 1000 mots, dit-on. Alors, avec l’autorisation de la patiente, voici son évolution:

Lire plus

Ah ces vilaines cliniques privées d’esthétique!

22 janvier 2021

Ah ces vilaines cliniques privées d’esthétique!

Lire plus

Vous désirez une consultation ?

Contactez-nous 

Pour en savoir plus sur l'équipe

Voir l'équipe